Mardi 29 Nissan 5777 - 25 avril 2017
Shabbat Tazria - Metzora (29 avril): 20h44 - 21h56 (Paris)

  
Judéothèque

Exemples : Abréviations de l'hébreuDictionnaire des docteurs du TalmudDictionnaire de l'hébreu Biblique et MishniqueLexique des termes techniquesMidrash à traduireMidrash RabbaTalmud de JerusalemTextes historiques

Voici un extrait de la traduction du Midrash Rabba qui pourrait être mis en ligne :

Le Midrash Rabba sur Ruth
Prologue 1

Ressources disponibles
pour l'ensemble du corpus midrashique:
- Texte hébreu unicode
- Traduction française
- Notes
- Dictionnaire hébreu tardif
- Concordance
- Contexte des citations scripturaires

AU TEMPS OÙ GOUVERNAIENT
LES JUGES (1,1).


Ouverture de R. YoHanan avec ce verset:
Écoute, mon peuple, je vais parler, Israël,
Et je t'adjure (a’ida) moi, Dieu, ton Dieu
(Ps 50, 7).

R. YoHanan dit : on ne témoigne à charge qu'en présence de l'accusé.
Le mot a’ida est compris comme “témoigner contre”.
Le midrash prend appui sur le fait que le livre de Ruth
commence par une référence aux “Juges” pour développer
une longue métaphore judiciaire.

R. Yudan b. R. Simon a dit : dans le passé, Israël avait un nom comme toutes les nations (comme par exemple) sabta, rama, sabteka (Gn 10, 7). Désormais, il est le seul peuple à être appelé ‘ami (mon peuple). D’où le verset : écoute, mon peuple, je vais parler… Quand avez-vous mérité d’être appelés “mon peuple” ? Au moment où j'ai dit : Je vais parler, depuis le moment où vous vous êtes engagés devant moi au mont Sinaï par ces mots : tout ce que Y.ahvé a dit, nous le ferons et nous y obéirons (Ex 24, 7).

R. YoHanan a dit : écoute, mon peuple, signifie : écoute les choses dites dans le passé ; et je vais parler, renvoie à ce qui sera dit dans le futur.

Écoute, mon peuple : en ce monde ; je vais parler : dans le monde à venir, afin de répondre aux représentants des nations du monde, qui viendront un jour t’accuser devant moi, et qui diront : Maître de l'univers, ils ont servi des idoles, comme nous-mêmes avons servi des idoles ; ils pratiquent les unions illicites tout comme nous ; ils ont versé le sang, tout comme nous avons versé le sang. Pourquoi iraient-ils au jardin d'Eden tandis que nous descendrions dans la Géhenne ? À cet instant, le défenseur d'Israël restera silencieux. Tel est le sens du verset : en ce temps-là se lèvera Michaël, le grand prince qui siège auprès des enfants de ton peuple (Dn 12, 1).

- Était-il donc assis dans les cieux ?
Le texte hébreu joue sur les nombreux sens du
verbe siéger : être assis, siéger en tant que juge, et étudier (yeshiva).


- Certainement pas, dit R. Hanina, il n'y a point de siège (yeshiva) dans les cieux, ainsi qu'il est écrit : je m'approchai de l'un de ceux qui se tenaient là ; l'un des ka'amaya (Dn 7, 16) le sens de ce mot, ka’amaya, est qu'il se tenait debout à ses côtés,
Ce mot araméen ressemble à la racine
hébraïque de laqum qui signifie : se tenir debout.

ainsi qu’il est écrit : des séraphins se tenaient au-dessus de lui (Is 6, 2) et n'est-il pas aussi mentionné que toute l'armée du ciel se tenait (debout) à sa droite et à sa gauche (2Ch 18, 18) ?

- Mais pourtant le verset dit que Michaël se lèvera !
Le verbe la’amod a des sens contradictoires :
se dresser contre quelqu’un, accuser, rester immobile.


- Quelle est alors la signification, dans notre verset, de se lever ?

- Rester immobile et garder le silence, ainsi qu’il est écrit : et attendrai-je parce qu'ils ne parlent pas, parce qu'ils se tiennent immobiles et ne répondent plus ? (Jb 32, 16). Et le Saint béni soit-il lui dira : Qu'as-tu à rester là, en silence, sans prendre la défense de mon peuple ? Par ta vie, je parlerai en justice (be-tsedaqa) et je sauverai mon peuple !
Tsedaqa signifie justice, mais aussi aumône, grâce,
mérite. Dans la métaphore de notre procès, il signifie aussi
“donner raison”, trouver un mérite ou une circonstance
atténuante, justifier un accusé.


- En vertu de quel mérite ? Discussion entre R. Eléazar et R. YoHanan: le premier dit : en vertu du mérite que vous avez apporté dans le monde en acceptant ma Tora, car il aurait suffi que vous refusiez ma Tora pour que je fasse revenir le monde au néant et à la désolation. En effet R. Huna a dit au nom de R. aHa : la terre s'effondre et tous ses habitants (Ps 75, 4) ce verset signifie que le monde serait depuis longtemps retourné en poussière, si Israël ne s'était pas présenté au pied du mont Sinaï. Qui alors a assuré fermement le monde sur ses fondations ? J'ai fixé, moi, ses colonnes (ib). Par mon propre mérite, j'ai établi ses piliers pour l'Éternité. Le second a dit : par le mérite que tu t’es forgé toi-même (Israël) en acceptant ma Tora; sans quoi, j'aurais provoqué ta disparition d'entre les nations.
Moi, dieu, ton dieu :
Reprise de Ps 50, 7 qui ouvre ce prologue.
R. YoHanan a dit : cela signifie : qu'il te suffise que je sois ton patron. Resh Laqish a dit : cela revient à poser la question : quand bien même je serais ton bienfaiteur, en quoi cette protection t'aiderait-elle au jour du Jugement ? R. Shim’on b. YoHaï a enseigné : je suis le Dieu de tous les habitants de la terre, mais je n'ai associé mon nom qu'à Israël. Je ne suis pas appelé le Dieu des Nations, mais seulement le Dieu d'Israël : moi, dieu, ton dieu. R. Yudan interpréta ce verset en référence à Moïse. Le Saint béni soit-il a dit : j'ai beau t'avoir appelé un Dieu devant Pharaon : je suis ton Dieu, je suis au-dessus de toi.

R. Abba b. Yudan interpréta ce verset en référence à Israël. Bien que je vous appelle "des êtres semblables à des dieux", comme je l'ai dit : moi, j'ai dit : vous, des dieux, des fils du très Haut, vous tous (Ps 82, 6) pourtant, je suis ton Dieu : sache que je suis néanmoins au-dessus de toi.

Nos maîtres ont interprété ce verset en référence aux juges. Bien que je vous ai appelé des dieux, ainsi qu’il est écrit : tu n'injurieras pas les juges, tu ne blasphémeras pas Dieu ni ne maudiras un chef de ton peuple (Ex 22, 27) sache que je suis au-dessus de toi. Et il parla encore à Israël et dit : j'ai transmis une part de ma gloire aux juges et les ai appelés “dieux”, et vous en faites un objet de dérision. Malheur (hoï) à la génération qui juge ses propres juges !


Le Midrash Rabba sur Esther

Prologue 1

C'était au temps d'Assuérus(1,1)
Rab a introduit son exposé par ce verset :
D'avance la vie te te sera hasardeuse
Tu seras dans l'effroi jour et nuit,
Sans pouvoir croire en ta vie (Dt 28, 66).

Les Rabbins et R. Bérékhia ont donné deux interprétations de ce texte.
En principe Rab devrait ici continuer
son exposé, or celui-ci est interrompu
par celui des Rabbins et de R. Bérékhia.


Les Rabbins ont dit : d'avance la vie te sera hasardeuse : ces mots s'appliquent à celui qui achèterait son blé pour une année.
Sa vie serait moins hasardeuse si, au lieu de le semer
et de le récolter, il doit racheter son blé chaque année.

Tu seras dans l'effroi jour et nuit : cela s'applique à celui qui achète le blé sur le marché des céréales.
Pour seulement quelque temps.
Sans pouvoir croire en ta vie : cela s'applique à celui qui achète chez le boulanger.
Du pain pour quelques jours.
R. Bérékhia a dit : d'avance la vie te sera hasardeuse : cela s'applique à celui qui achète du blé pour trois ans. Tu seras dans l'effroi jour et nuit : cela s'applique à celui qui achète le blé pour une année. Sans pouvoir croire en ta vie : cela s'applique à celui qui achète du blé sur le marché des céréales.
Le contexte de Dt 28,66 montre qu'il s'agit ici
de bien autre chose que d'achat de céréales.
Tout le chapitre 28 traite des bénédictions ou des malédictions qui frapperont Israël selon qu'il obéira ou non à la Loi divine. Dt 28,15 Mais si tu n'obéis pas à la voix de Y.ahvé ton Dieu, ne gardant pas ses commandements et ses lois que je te prescris aujourd'hui, toutes les malédictions que voici t'adviendront et t'atteindront. 28,64 - Y.ahvé te dispersera parmi tous les peuples, d'un bout du monde à l'autre ; là tu serviras d'autres dieux,
que tes pères ni toi n'avez connus, du bois et de la pierre. `28,65 - Parmi ces nations, tu n'auras pas de tranquillité et il n'y aura pas de repos pour la plante de tes pieds, mais là Y.ahvé te donnera un cœur tremblant, des yeux éteints, un souffle court. 28,66 - D'avance la vie te sera une fatigue, tu seras dans l'effroi jour et nuit, sans pouvoir croire en ta vie. 28,67 - Le matin tu diras : "Qui me donnerait d'être au soir ?
"et le soir tu diras : " Qui me donnerait d'être au matin ? " à cause de l'effroi qui étreindra ton cœur
et du spectacle que verront tes yeux !

Les rabbins dirent à R. Bérékhia : Qu'en est-il de celui qui achète chez le boulanger ? Il répondit : la Tora ne parle pas des morts.
La sécurité de celui qui doit acheter son pain chaque jour est pratiquement nulle, et il est donc, en quelque sorte, déjà mort.

Autre commentaire du verset : d'avance la vie te sera hasardeuse : cela s'applique à quelqu'un qui est en prison à Césarée.
Ville où siégeait l'autorité d'occupation romaine.

Tu seras dans l'effroi jour et nuit : cela s'applique à celui qui est conduit devant un tribunal pour son procès. Sans pouvoir croire en ta vie : cela s'applique à celui qui va être crucifié.
Le contexte du Deutéronome est actualisé par référence à la situation présente de l'oppression de Rome. D'où les références aux prisons, aux procès et aux exécutions.

Rab a interprété le texte comme s'appliquant [à Israël] au temps de Haman. D'avance la vie te sera hasardeuse : cela se réfère au moment où le roi retira son anneau.
Avant d’aller finalement à Mardochée, l’anneau est d’abord donné,avec les pleins pouvoirs, à Haman. Ce geste symbolise l'arbitraire politique de la situation de l'exil.

Tu seras dans l'effroi jour et nuit
: se réfère au moment où l’édit fut promulgué.
Il s'agit de l'édit contre les Juifs (Est 3, 15)
Sans pouvoir croire en ta vie : se réfère au moment où on demanda aux ennemis des Juifs de se tenir prêts (Est 3,14).
Le Midrash Rabba sur la Genèse
(bereshit rabba)

Chapitre 58

Section : Hayé sara

• 58,1. La durée de la vie de Sara fut de cent vingt-sept ans (23,1).

Y.ahvé connaît les jours des parfaits, éternel sera leur héritage
(Ps 37,18). De même qu’ils sont parfaits, de même leurs années sont parfaites. Sara était à vingt ans comme une fille de sept ans pour la beauté, et à cent ans, comme une femme de vingt ans pour ce qui est du péché.

La majorité légale étant (avant la donation de la Loi)
 de 20 ans, il en résulte que Sara est sans péchés…


Autre interprétation : Y.ahvé connaît les jours des parfaits : Il s’agit de Sara qui fut parfaite dans ses actes. R. YoHanan a dit : comme une génisse parfaite. Éternel sera leur héritage, comme il est dit : La durée de la vie de Sara fut de cent vingt-sept ans. Pourquoi dire Hayé (les vies) de Sara ? Pour t’apprendre que la vie des Justes est chère au Saint béni soit-il dans ce monde et dans le monde à venir.

Le texte biblique dit shné Hayé sara ce qui est lu par
le midrash comme : les deux vies (shnei) de Sara.
Allusion pour le midrash à la vie dans l’autre monde.


•58,2 Le soleil se lève, le soleil se couche (Qo 1,5). R. Abba bar Kahana a dit : Ne savions-nous donc pas que le soleil se lève et se couche ? En réalité, le verset veut nous dire ceci : avant que le Saint béni soit-il n’ait fait se coucher le soleil d’un juste, il fait se lever le soleil d’un autre juste. Le jour où R. Aqiba mourut, notre Maître (Rabbenu) naquit

Il s’agit de Rabbi Yéhuda ha-Nassi, appelé simplement dans la suite de notre texte : notre Maître (Rabbénu) ou Rabbi.
Et on dit à son propos : Le soleil se lève et le soleil se couche. Le jour où notre Maître mourut, R. Ada bar Ahava naquit et on dit à son propos : Le soleil se lève et le soleil se couche. Le jour où R. Ada bar Ahava mourut, R. Abun naquit et on dit à son propos : Le soleil se lève et le soleil se couche. Le jour où R. Abun mourut, R. Abun son fils naquit. Le jour où R. Abun mourut, Abba Hosha’aya de Tiria naquit. Le jour où Abba Hosha’aya de Tiria mourut, R. Hosha’aya naquit et on dit à son propos : Le soleil se lève et le soleil se couche.

Avant que le Saint béni soit-il n'ait fait se coucher le soleil de Moïse, il fit se lever le soleil de Josué, car il est dit : Y.ahvé répondit à Moïse : Prends Josué, fils de Nûn, homme en qui demeure l'esprit. Tu lui imposeras la main (Nb 27,18). Avant que le soleil de Josué ne se fût couché, le soleil d’Otniel fils de Qenaz se leva, car il est dit : Celui qui s'en empara fut Otniel, fils de Qenaz (Jos 15,17). Avant que le soleil d’Eli ne se fût couché, le soleil de Samuel se leva : la lampe de Dieu n'était pas encore éteinte et Samuel était couché dans le sanctuaire de Y.ahvé (1S 3,4).

La lampe de Dieu est comprise comme allusion à Eli
qui était donc vivant lors de l’appel de Samuel.


R. YoHanan a dit : telle une génisse parfaite : Avant que le Saint béni soit-il n’ait fait se coucher le soleil de Sara, il fit se lever le soleil de Rébecca. D’abord : on annonça à Abraham que Milka elle aussi avait enfanté des fils à son frère Nahor (Gn 22,20).

La suite du texte dit : et Bétuel engendra Rébecca (Gn 22,23).
Et ensuite : La durée de la vie de Sara fut de cent vingt-sept ans (23,1).

•58,3. R. Aqiba expliquait un texte quand le public s’assoupit. Il voulut les réveiller : Pourquoi Esther fut-elle appelée à régner sur cent vingt-sept états ? - C’est qu’Esther, qui était la fille de la fille de Sara, qui vécut cent vingt-sept ans, devait régner sur cent vingt-sept états.


•58,4. Et elle mourut à Qiryat-Arba’ (23,2). Ce lieu eut quatre noms : Eshkol, Mamré, Qiryat Arba’et Hebron. Pourquoi l’appelle-t-on Qiryat Arba’ ? Parce que quatre justes y habitèrent : Aner, Eshkol, Mamré et Abraham. Et quatre justes y furent circoncis : Abraham, Aner, Eshkol et Mamré.

Autre interprétation : Qiryat-Arba’. Parce que quatre justes y furent ensevelis, les pères du monde : Adam (le premier homme), Abraham, Isaac et Jacob.

Autre interprétation : Parce que quatre mères y furent ensevelies : Eve, Sara, Rébecca et Léa. Qiryat-Arba’: d’après le nom de ses propriétaires qui étaient quatre : ‘Anaq et ses trois fils. R. ‘Azaria a dit : Parce que c’est de là que partit notre père Abraham quand il poursuivit les quatre rois cosmocrates. Qiryat-Arba : Parce qu’elle fut l’héritage de quatre personnages : au départ, de Juda ; puis de Caleb, ensuite des Lévites et enfin des Cohanim. Parce qu’elle est l’un des quatre lieux les plus désolés de la terre d’Israël. De qui s’agit-il ? Selon R. Isaac : de Dor, Nafat Dor, Timnat SeraH et Hebron. Selon nos Sages : de Dana, Qiryat Sana, Timnat SeraH et Hebron.


•58,5. Abraham entra faire le deuil de Sara (ib.). D’où venait-il ? - R. Lévi a dit : De l’enterrement de TeraH, il se rendit à celui de Sara. R. Yossi lui objecta : L’enterrement de TeraH ne précéda-t-il pas de deux ans l’enterrement de Sara ? Dans ce cas d’où venait-il ? - Du mont Moria. Et Sara mourut de l’angoisse de la ligature d’Isaac, ce pourquoi le récit de la mort de Sara suit celui de cette ligature.


•58,6. Puis Abraham se leva de devant son mort (23,3). Cela nous indique qu’il vit l’Ange de la mort qui venait le défier. R. YoHanan a dit : D’où savons-nous que celui qui vient de perdre quelqu’un est exempté de la lecture du shema’, de la prière, des tefilin et de tous les commandements qui sont dans la Tora ? Du verset : Abraham se leva (...) et il parla…

Abraham ne fit donc rien d’autre que ces
deux actes si l’on prend le texte à la lettre.

Je suis chez vous un étranger et un résident (23,4). Étranger (ger) signifie habitant ; alors que résident signifie propriétaire : si vous le voulez : habitant, et sinon : propriétaire. Car le Saint béni soit-il m’a dit : A ta postérité je donne ce pays (Gn 15,18).

Accordez-moi chez vous une possession funéraire pour que j'enlève mon mort et l'enterre (23,4). Je ne vous le demande que pour un seul mort, car il est dit : une possession funéraire.


Les fils de Hèt firent cette réponse (23,5-6). Tu es un prince pour nous, tu es un Dieu pour nous. Abraham répondit : Que jamais le monde ne soit dépouillé de son Roi, qu’il ne soit jamais dépouillé de son Dieu. Dans LA MEILLEURE DE NOS TOMBES Enterre ton mort (metkha) : tes morts, même nombreux. Abraham se leva et s'inclina devant les gens du pays : De là nous apprenons qu’il faut remercier Dieu lorsque l’on apprend une bonne nouvelle.

•58,7. Si vous consentez que j'enlève mon mort… Intercédez pour moi auprès d'Éphrôn (23, 8). Faites-le moi rencontrer, soyez mes intermédiaires. Sinon, intercédez en ma faveur.

Éphrôn était assis parmi les fils de Hèt (23,10). R. Isaac a dit : le mot yashav (était assis) est écrit de manière défective. Ce jour-là on le nomma gouverneur (archostrategos), afin qu’un supérieur n’achète pas à un inférieur.


Éphrôn le Hittite répondit à Abraham au su des fils de Hèt, de tous ceux qui franchissaient la porte de sa ville (ib.). R. PinHas a dit : Cela nous enseigne qu’ils fermèrent leurs maisons et allèrent consoler Abraham (aux funérailles de Sara).

Monseigneur, écoute-moi plutôt : une terre de quatre cents sicles d'argent… (23, 15). R. Hanina a dit : Quand la Tora parle de sicles, il s’agit de sela ; dans les Prophètes : de litrim et dans les Hagiographes : de qentar. R. Yudan a dit : Sauf les sicles d’Ephrôn qui étaient des qentar. À rapprocher de ce que dit l’Écriture : Il court après la fortune, l'homme au regard cupide, ignorant que c'est la disette qui lui adviendra (Pr 28,22). Il court après la fortune, l'homme au regard cupide : C’est Ephrôn qui jeta un regard cupide sur l’argent d’un juste. Ignorant que c'est la disette qui lui adviendra : En effet la Tora priva son nom de la lettre vav. C’est ce qui est écrit : Abraham donna son consentement à Éphrôn et Abraham pesa à ÉphrOn (23,16). Le deuxième Ephrôn est écrit sans vav.
quatre cents sicles d'argent ayant cours chez le marchand (ib.). R. Abba bar Abina a dit : C’était comme une marchandise.

•58,8. Ainsi le champ d'Éphrôn… passa (vayaqam) (23, 17) : Il était modeste et il fut élevé, il avait appartenu à un homme petit et il devint la possession d’un grand homme. Le champ d'Éphrôn, qui est à Makpéla (ib.) : Cela enseigne qu’il doubla aux yeux de chacun, car tous ceux qui y sont ensevelis sont assurés que leur récompense est doublée.
kaful (doublé) mekufal (redoublé) sonnent comme makpela
R. Abahu a dit : Le Saint béni soit-il plia le corps du premier homme, Adam, et l’y ensevelit.
Le champ et la grotte qui y est sise (ib.). Rabbi a dit : D’où savons-nous que celui qui vend son champ doit en enregistrer les bornes ? De ce verset : le champ et la grotte… Et tous les arbres qui sont dans le champ… Passèrent en propriété à Abraham au vu des fils de Hèt, de tous ceux qui franchissaient la porte de sa ville (23, 18). R. Eléazar a dit : Pourquoi répandre tant d’encre et user tant de calames pour écrire dix fois comme ici : les fils de Het ! - C’est par référence aux dix commandements. Pour t’enseigner que quiconque aide un juste à acheter un bien, c’est comme s’il accomplissait l’ensemble des dix commandements. R. Yudan a dit : il est écrit cinq fois fils de Barzilaï en rapport avec les cinq livres de la Tora. Pour t’enseigner que quiconque assure la subsistance d’un juste pour une valeur d’une peruta, c’est comme s’il accomplissait les cinq livres de la Tora.

•58,9. Puis Abraham enterra Sara (23,19). Ceci est à rapprocher de ce que dit l’Écriture : Qui poursuit la justice et la miséricorde trouvera vie, justice et honneur (Pr 21,21). Qui poursuit la justice : c’est Abraham, car il est dit : pour qu'il garde la voie de Y.ahvé en accomplissant la justice et le droit (Gn 18,19). Et la miséricorde : car il fut bon envers Sara. Trouvera vie : car il est dit : Voici la durée de la vie d'Abraham : cent soixante-quinze ans (ib. 25,7). justice et honneur : R. Samuel b. Isaac a dit : le Saint béni soit-il lui dit : Moi, de par ma fonction, je dispense les bontés ; tu as pris ma fonction ? Alors, prends mon vêtement : Abraham était un vieillard avancé en âge (ib. 24,1).
 

AccueilQui sommes-nous?AdhésionJudéothèqueCalendrierProjetsLiensBlog

WebCodex v1.2

Qui sommes nous ?

Judéopédia est une association de loi 1901 à but non lucratif qui a pour objet de mettre à la disposition du public francophone, par la création d'un site Internet nommé Judeopedia.org, les versions hébraïques originales et la traduction en français, des textes fondateurs de la tradition juive (Bible, Talmud, Midrash...).

L'association a commencé, d'une part, à constituer la Bibliothèque Hébraique Numérique, dénommée Judéothèque, et d'autre part, à faire développer un logiciel Web innovant, dénommé WebCodex, qui permettra d'exploiter cette Judéothèque.

Vous pouvez déjà consulter en ligne sur notre site tous livres de la Bible (disponibles en hébreu, en français dans trois traductions différentes, en anglais, latin et grec, ainsi qu'une version hébreue de la Torah avec les Taamim pour ceux qui préparent leur Bar-Mitzva).

Pour atteindre son objectif Judéopédia ne pourra se passer de l'aide et l'implication de la communauté francophone. Il importe que chacun participe et transmette ainsi aux générations futures la Bibliothèque Hébraïque Numérique.

Vous pouvez aider notre action par des dons déductibles du revenu imposable, par du temps consacré à la traduction ou à la relecture des textes mis en ligne et par la publicité que vous pourrez faire au projet Judéopédia.

Les membres fondateurs

Président - Jean-Claude Lévy

Jean-Claude Lévy est auteur de logiciels.

Ancien consultant de Microsoft France, il a créé le logiciel d'étude biblique Codex qui est au cœur du cédérom " La Bible de Jérusalem v3.0".

N'ayant jamais abandonné l'idée de transposer Codex pour le web et de créer une judeothèque accessible sur internet, il est à l'initiative du projet Judéopédia.

Vice-Président - Maurice Mergui

Maurice Mergui a dirigé plusieurs entreprises dont  "Les Temps qui Courent" et publie en 1997 le célèbre cédérom "La Bible de Jérusalem (BJ3).

Economiste de formation et ayant fait une carrière dans l’enseignement, c'est sa rencontre avec Bernard Dubourg qui le conduit à s’intéresser à la littérature midrashique.

Il en a traduit de nombreux volumes et y a consacré deux essais (1 et 2). Après avoir publié une dizaine de titres consacrés au Midrash il fonde l’association "Objectif Transmission" destinée à poursuivre l’effort de traduction.

Secrétaire général - Michel Louis Lévy

Michel Louis Lévy est l’auteur d'ouvrages et d'articles de pédagogie et de vulgarisation en statistique et démographie. Il poursuit l’idée d’expliquer la Bible hébraïque, ses commentaires et ses prolongements, à un large public. Il a publié dès 1988 sa première « Leçon de théologie » dans la revue Commentaire.

Depuis sa retraite en 2005, il a ouvert un blog sur lequel il a publié un roman, La Révélation, qui imagine Moïse en précepteur égyptien inventeur de l’ordre alphabétique. Sur Wikipédia, il est un actif contributeur sur les thèmes bibliques.

Grand utilisateur du cédérom BJ3, il se réjouit qu’un instrument disponible sur Internet permette de comparer au texte hébreu plusieurs traductions de la Bible en français.