Mardi 29 Nissan 5777 - 25 avril 2017
Shabbat Tazria - Metzora (29 avril): 20h44 - 21h56 (Paris)

  
Judéothèque

Exemples : Abréviations de l'hébreuDictionnaire des docteurs du TalmudDictionnaire de l'hébreu Biblique et MishniqueLexique des termes techniquesMidrash à traduireMidrash RabbaTalmud de JerusalemTextes historiques

Voici un extrait du dictionnaire des docteurs du Talmud qui pourrait être mis en ligne :

Dictionnaire des Docteurs

ABAHU
Ne porte pas le titre de Rav, vraisemblablement Talmid-Hakham. A ne pas confondre avec Rabbi ABAHU. Hakham babylonien connu à travers les débats qui l’opposèrent à Rav ASHI. Membre de l’académie de Pumbedita dont il animait les sessions bisannuelles qui réunissaient en congrès les maîtres dispersés de toute la Babylonie. A l’image du Sanhedrin de Yavne, surnommé KEREM (le clos aux rangs de vignes), théâtre de congrès périodiques de tous les maîtres des différentes écoles de Palestine, le Sanhedrin de Pumbedita dit PARDES (verger aux rangs d’arbres fruitiers) par l’institution de KALA, ou plénum périodique des maîtres et disciples de toute la Babylonie, deux fois par an, aux mois d’ellul (fin de l’été) et d’adar (début du printemps). KALA, de KLL, être au complet.
ABAHU-DE-CESAREE (290c-350c) Rabbi. Rabbi palestinien du début du IVe siècle (3e génération selon le classement rabbinique traditionnel) qui tenait école à Césarée, plus jeune que son contemporain. Donc trop jeune pour avoir été le contemporain d’Origène, lui-même établi à Césarée à partir de 232. Il était le disciple de Rabbi Avdimi deman Haïfa et de Yehoshua ben Levi. Abahu était en outre un familier de la païdeia, et possédait une profonde maîtrise de la culture grecque. Il était en étroite relation avec les autorités romaines dont la ville de Césarée était le siège. Personnalité puissante, Abahu alliait un physique agréable à une situation fortunée ; on le disait doté d’un grande force physique. Il forma l’essentiel des maîtres de la génération suivante dont les plus illustres, YONA, YOSSE, ZEIRA et ses fils, HANINA et AVIMI BERE DeRabbi ABAHU, son propre fils. Il avait pour beau-frère TAHLIFA DE CESAREE dont il estimait le savoir, l’intégrant à son propre enseignement. Ses collègues les plus proches (HAVERIM) étaient AMI, ASHI et HIYA bar ABBA. Lorsque AMI, qui avait lui-même pris à Tibériade la succession de l’école de son maître Yohanan, disparut, le collège des maîtres le pressentit pour diriger la plus prestigieuse des écoles de Palestine, il déclina l’offre, s’en estimant indigne et proposa à sa place ABBA D’ACRE. Le caractère d’exception de ce maître que son époque tenait pour quasi-saint se marque par une tradition édifiante touchant à sa mort : comme YOSSE BEN YOEZER, il aurait entrevu ici-bas la part d’au-delà qui lui était destinée, et l’on racontait qu’à Césarée, pourtant ville gentile et romaine, il fut tant pleuré que même les colonnes de marbre du Forum suèrent des larmes. Polémiste anti-chrétien, l’essentiel de son activité d’apologète se concentre dans la longue controverse qui l’opposa à un des successeurs d’Origène, sans doute évêque de la ville, bien que les sources en censurent le nom. L’enjeu essentiel était alors celui des relations entre juifs et chrétiens dans une société où, encore étroitement mêlés, ils se côtoyaient quotidiennement. L’acuité des problèmes concrets posés par cette cohabitation est illustrée par ce passage en lequel Abahu traite de la question des rapports entre bergers de religions différentes : doivent-ils ou non s’entraider ? C’est aussi l’époque où la polémique va se cristalliser sur l’opposition entre le shabat, jour de repos sacré des juifs, et le "jour nazaréen" (YOM HANOZRI) ou "Jour du Seigneur" (Dominica dies). D’une manière plus générale, en ce début du IIIe siècle, la mise au ban sociale des judéo-chrétiens et des chrétiens de la société juive de stricte obédience, paraît être entrée dans les réalités. C’était là les effets d’une politique systématique de séparation, voulue par les maîtres, et dont la rédaction de la 12e des 18 Bénédictions de la Prière quotidienne avait été la pièce maîtresse (voir SHEMONE ESRE, BIRKAT HAMINIM). Deux exemples illustreront les aspects multiples du combat mené par Abahu contre les bases de la nouvelle religion. Le premier concerne la nature de Jésus et nous livre un échantillon de la méthode d’enseignement :"Il est écrit Il n’est pas un homme, El, que les faits démentent (Nb 23, 19)… Rabbi Abahu a prêché : si un homme vient te dire : Je suis El, il ment, ou encore : Je suis le fils de l’homme. Car pour finir il se mettra à la place de Dieu et prétendra : Voilà ! je vais monter au ciel. Mais sa prétention sera démentie par les faits". Le second, objet d’un très long développement, est le récit d’une altercation qui l’oppose de toute évidence à l’un des disciples d’Origène ; le ton y est ironique, et la scène saisie sur le vif. Les qualités de répartie et de vivacité d’esprit confirment la réputation de grand polémiste qu’il connaît dans la tradition rabbinique :"Notre hérétique (MIN) dit à Rabbi Abahu :"votre Dieu se moque de vous : il dit à Ezéchiel couche-toi sur ton côté gauche (Ez 4, 4) et puis après "couche-toi sur ton côté droit (Ez 4, 6) " Survint un autre disciple qui se planta devant Rabbi Abahu et l’apostropha : "quelle justification à l’année shabbatique ?". Abahu rétorqua :"je ne vais faire qu’une seule réponse à vous deux : Le Saint, Béni soit-il, ordonna à Israël : semez six ans et laisser reposer la septième année ; mais ils ne le firent pas, ils péchèrent donc et furent exilés. Or, dans l’ordre de ce bas-monde, que se passe-t-il quand une cité pèche contre son roi de chair et de sang ? S’il est cruel il tuera tout le monde, s’il est sensible à la compassion, il en tuera la moitié, et s’il est profondément miséricordieux, d’une vraie miséricorde, il punira les plus considérables de ses citoyens en leur infligeant de lourdes peines. Ainsi en va-t-il du Saint, béni soit-il, c’est Ezéchiel qu’il a puni afin qu’Israël soit lavé de ses péchés. " Mais le fameux hérétique rétorqua encore à Rabbi Abahu : " Votre Dieu est un prêtre puisqu’il est écrit : Et ils prélèveront pour moi la Teruma (Ex 25, 2), or quand il eût enseveli Moïse, dans quoi se plongea-t-il (pour se purifier) ; et si tu me réponds dans de l’eau, n’est-il pas écrit: qui a mesuré l’eau dans sa paume ? (Is 40, 12). Abahu lui répliqua : "C’est dans le feu qu’il s’est plongé puisqu’il est écrit : car voici que YHWH dans le feu entrera (Is 66, 15). Qui a jamais vu de purification par le feu ?". Et Abahu lui rétorqua : "bien au contraire ! l’essence de la purification est celle du feu puisqu’il est écrit : et tout ce qui ne peut être passé par le feu, par l’eau vous le passerez (Nb 31, 23). L’échange sans doute se déroulait en grec, et la querelle portait aussi sur la traduction autorisée. On sait que les chrétiens avaient adopté la Septante, et que les Juifs, à la fin du premier siècle, avaient fait établir leur propre version par un disciple de l’exégèse d’Aqiba, le prosélyte AQUILAS. Pour ABAHU la qualité de GER ZEDEQ de l’empereur "ANTONINUS" ne faisait pas de doute (Voir ANTONINUS)


ABAYE
(278-338) Connu sous ce seul surnom et sans titre, mais "ABAYE" signifie "Lecteur, Précepteur", soit une adaptation en araméen vernaculaire "Abba". Hakham babylonien, chef de l’Académie de Pumbedita. D’appartenance sacerdotale ; la tradition familiale dont il était l’héritier faisait remonter son lignage à Elie le Grand Prêtre. Fils de KELIL LE COHEN, il perdit jeune son père, et sa mère mourut en lui donnant le jour ; il fut élevé par son oncle, RABBA BAR NAHMANI. NAHMENI, de son vrai nom, Abayé n’est qu’un surnom ; mais il s’agit vraisemblablement du nom de la famille, les Bene Nahmeni ou Nahmani, bien que la Lettre au Gaon Sherira attribue ce "prénom" tant à son grand-père qu’à Abayé lui-même. Son oncle, ayant reconnu en lui une intelligence exceptionnelle, lui fit donner une instruction appropriée, l’envoyant étudier auprès de YOSSEF, le successeur de RABA, à la tête de l’Académie de Pumbedita. Très pauvre dans sa jeunesse, il vivait du travail des champs qu’il avait reçu en héritage, passant ses nuits au patient travail d’irrigation nécessaire à l’agriculture en ces terres de moyen Euphrate, pour pouvoir disposer de ses journées, passées à l’étude en académie. Yossef, ayant été atteint d’aphasie à la suite d’une maladie et ayant perdu la mémoire de son savoir, c’est Abayé qui lui réenseigna tout ce qu’il lui en avait appris. Il fut plus tard en mesure d’employer des salariés et développa une maison prospère de commerce des vins ; cette aisance lui permit de se consacrer à l’académie, les fonctions de maître de la loi devant être, depuis des temps immémoriaux, exemptes de toute relation à une rétribution réputée mercenaire. A la mort de Yossef, survenue en 333, c’est quasi naturellement que sa succession à la tête de l’académie de Pumbedita lui revint. Il avait été en concurrence avec deux autres candidats prestigieux, disciples de Yossef : RAVA et ZIRA II.RAVA, qui prit à la mort d’Abayé, la direction de l’Académie faisait partie du corps des professeurs. Il constitua avec Abayé un tandem dont l’opposition d’écoles (MAHLOQET), nourrissant de très célèbres controverses, devint le modèle même de l’art dialectique dit talmudique qui rayonna jusqu’en Palestine. Et l’expression devint rapidement une expression terminologique, caractéristique de l’art de raisonner. En outre, sensible à la littérature populaire, il avait assimilé le patrimoine agadique ramené de Palestine par DIMI et en avait constitué un florilège sous forme de dictons mémorisables. Sa mère adoptive, épouse de son oncle Rabba bar Nahmani, lui transmit tout un savoir empirique sur l’art de soigner, propre à l’environnement babylonien, qu’il n’hésita pas à légitimer, bien que de provenance païenne, en fondant le principe : "tout ce qui soigne et guérit ne saurait être classé dans la catégorie des pratiques amorréennes (DARKHE HA-EMORI), ou superstitions et usages magiques interdits Cette attitude d’ouverture conduisit de fait à l’essor des sciences expérimentales et profanes comme la botanique ou la médecine. Il épousa en seconde noces l’arrière petite fille de rav YEHUDA, Homa qui était une beauté célèbre de l’époque
ABBA -II (Rabbi)
(320-325c) Hakham palestinien ayant émigré en Babylonie pour rejoindre l’école de rav ASHI.
ABBA -III
(mort en 253c.) Hakham babylonien, vraisemblablement Talmid-Hakham, disciple de HUNA, YEHUDA, RAV et SHEMUEL. Vint en Palestine pour entrer dans l’école de YOHANAN. De profession, riche négociant dans le commerce de la soie.
ABBA
(-30c -40c.) surnom d’un maître du début du premier siècle dont on ignore le vrai nom. Aîné de GAMLIEL L’ANCIEN. Naquit environ un siècle avant la destruction du Temple. Réputé pour détenir son savoir de tradition comme directement des DUUMVIRS de l’époque hasmonéenne. NAHUM HA-LAVLAR détenait de son propre maître Rabbi MYASA, qui la détenait lui-même d’Abba, une tradition d’usage très ancien, réputée remonter à Moïse concernant les modalités d’application des lois agraires ; elle fit de sa part l’objet d’une déposition solennelle devant la chambre de la loi, réunie à la Lishkat haGazit sous la présidence de Gamliel l’Ancien (vers 30-40), après que son président, consulté sur ces questions par SHIMON DE MIZPE, eut lancé un appel à témoin. La question portait sur les usages concernant l’application de la loi de PEA (coins du champ, non récoltés par le propriétaire et laissés à la récolte de l’indigent sans terre).
ABBA (380c) grand-disciple de Ula • ABBA (DE-RABAN-SHIMON) (50c-100c Second fils de SHIMON BEN GAMLIEL L’ANCIEN, dit L’EXECUTE. Frère cadet de Raban GAMLIEL DE YAVNE
ABBA-OSHIYA-ISH-TURYA
Hakham, chef du village de Turaya dans le district de Darom, à moins qu’il ne s’agisse du chef-lieu de district, "Kfar-Darom".
ABBA-BAR-ABBA
(fin du Ier s. -IIe) Originaire de Nehardea. Riche négociant dans le commerce de la soie, il était à la tête d’un réseau de relations commerciales avec YEHUDA BEN BATERA de Nisibe. Représentant de la diaspora de vieille souche remontant à l’exil du temps de Nabuchodonosor, et dont les centres principaux, à l’époque du Second Temple, étaient Nehardea, Nehar Peqod, Ctésiphon et Séleucie. Son fils SHEMUEL (mort en 255), était à la tête de l’académie de Nehardea. En relations régulières avec la cour de SAPUR Ier, il offrit aux Perses les moyens de pénétrer l’Asie Mineure. C’est à son fils que l’on doit d’avoir conçu le principe qui devait permettre l’intégration des judaïsmes locaux dans les sociétés ambiantes en leur fournissant le cadre religieux halakhique, légitimant cette intégration. C’est le principe, né des circonstances à l’origine, de DINA DEMALKHUTA DINA (reconnaissance de la légitimité de la souveraineté politique et juridique des gouvernements de tutelle, principe de la loyauté à l’égard des autorités en place). Gouverne encore aujourd’hui pour tous les Juifs religieux de la Diaspora leurs rapports et ceux des autorités rabbiniques aux Etats.
•ABBA-BAR-BA
Cité dans le Yerushalmi par Yaaqov bar Aha, proche collègue de Yehuda le Nassi, donc maître, en tout état de cause antérieur au IIe siècle.
ABBA-BAR-BUTA
(-60c-10c) ou BABBA BAR BUTA. Maître de l’époque d’Hérode (HAKHAM), aurait été attaché à l’école de Shamay. Epargné par Hérode au moment de la liquidation des maîtres, et plus spécifiquement des maîtres pharisiens, celui-ci lui aurait cependant infligé le châtiment cruel des yeux percés (à rapprocher de Samson, cf MIDA, mesure pour mesure). Mais plus tard c’est sous son influence qu’Hérode aurait pris la décision de faire rebâtir le Temple. Lors du débat qui opposa les deux grandes écoles pharisiennes de Jérusalem, celles d’Hillel et de Shamay dans la controverse concernant la SEMIKHA des animaux dans le rituel du sacrifice, Abba Bar Buta n’hésita pas à reconnaître l’authenticité de la position défendue par Hillel et prit publiquement position pour ce parti. L’enjeu n’en était pas moins la fixation officielle de la norme par la Chambre de la Loi. Cependant, son indépendance et son impartialité ajoutées à sa réputation de HASSID et de ANAW laissent pressentir qu’il serait plutôt un ascète de mouvance essénienne. Certes si les degrés de HASSID et de ANAW correspondent aux 7e et 8e degrés de l’initiation pharisienne, la ANAWA est aussi chez les Esséniens une vertu cardinale essentielle

AccueilQui sommes-nous?AdhésionJudéothèqueCalendrierProjetsLiensBlog

WebCodex v1.2

Qui sommes nous ?

Judéopédia est une association de loi 1901 à but non lucratif qui a pour objet de mettre à la disposition du public francophone, par la création d'un site Internet nommé Judeopedia.org, les versions hébraïques originales et la traduction en français, des textes fondateurs de la tradition juive (Bible, Talmud, Midrash...).

L'association a commencé, d'une part, à constituer la Bibliothèque Hébraique Numérique, dénommée Judéothèque, et d'autre part, à faire développer un logiciel Web innovant, dénommé WebCodex, qui permettra d'exploiter cette Judéothèque.

Vous pouvez déjà consulter en ligne sur notre site tous livres de la Bible (disponibles en hébreu, en français dans trois traductions différentes, en anglais, latin et grec, ainsi qu'une version hébreue de la Torah avec les Taamim pour ceux qui préparent leur Bar-Mitzva).

Pour atteindre son objectif Judéopédia ne pourra se passer de l'aide et l'implication de la communauté francophone. Il importe que chacun participe et transmette ainsi aux générations futures la Bibliothèque Hébraïque Numérique.

Vous pouvez aider notre action par des dons déductibles du revenu imposable, par du temps consacré à la traduction ou à la relecture des textes mis en ligne et par la publicité que vous pourrez faire au projet Judéopédia.

Les membres fondateurs

Président - Jean-Claude Lévy

Jean-Claude Lévy est auteur de logiciels.

Ancien consultant de Microsoft France, il a créé le logiciel d'étude biblique Codex qui est au cœur du cédérom " La Bible de Jérusalem v3.0".

N'ayant jamais abandonné l'idée de transposer Codex pour le web et de créer une judeothèque accessible sur internet, il est à l'initiative du projet Judéopédia.

Vice-Président - Maurice Mergui

Maurice Mergui a dirigé plusieurs entreprises dont  "Les Temps qui Courent" et publie en 1997 le célèbre cédérom "La Bible de Jérusalem (BJ3).

Economiste de formation et ayant fait une carrière dans l’enseignement, c'est sa rencontre avec Bernard Dubourg qui le conduit à s’intéresser à la littérature midrashique.

Il en a traduit de nombreux volumes et y a consacré deux essais (1 et 2). Après avoir publié une dizaine de titres consacrés au Midrash il fonde l’association "Objectif Transmission" destinée à poursuivre l’effort de traduction.

Secrétaire général - Michel Louis Lévy

Michel Louis Lévy est l’auteur d'ouvrages et d'articles de pédagogie et de vulgarisation en statistique et démographie. Il poursuit l’idée d’expliquer la Bible hébraïque, ses commentaires et ses prolongements, à un large public. Il a publié dès 1988 sa première « Leçon de théologie » dans la revue Commentaire.

Depuis sa retraite en 2005, il a ouvert un blog sur lequel il a publié un roman, La Révélation, qui imagine Moïse en précepteur égyptien inventeur de l’ordre alphabétique. Sur Wikipédia, il est un actif contributeur sur les thèmes bibliques.

Grand utilisateur du cédérom BJ3, il se réjouit qu’un instrument disponible sur Internet permette de comparer au texte hébreu plusieurs traductions de la Bible en français.